Un forum pour l'éveil : Il n'y a que le SOI,rien que le SOI,tout le reste n'est qu'imagination

Forum d'éveil spirituel, d'échange .Nous sommes nombreux à être sur le chemin de l'éveil.Partageons afin de collaborer ensemble vers cette belle entreprise!!!
 
AccueilRechercherFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE RAISONNEMENT BIOMECANIQUE DE LA PENSEE CHEZ L'HOMME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NesmaPhi
Invité



MessageSujet: LE RAISONNEMENT BIOMECANIQUE DE LA PENSEE CHEZ L'HOMME   Jeu 28 Avr - 8:28

Le bagage expérimental produit ses propres effets perceptibles et ne reçoit pas la vérité des mains de sciences figurées, il est le maître et l’argument indéniable, il investit les sacrifices et les douleurs, et les autres sciences lui sont des servantes.

Quel plaisir des compréhensions, de leurs expressions, de leurs échos, de leurs démonstrations, de leurs émotions, de leur traduction sémantique. J’ai le sentiment qu’il faut ouvrir à l’homme des haies pour s’ouvrir sur l’avenir. Même perdu dans l’immensité de cet univers et de cette nature complexe de son être, il est devenu essentiel de communiquer avec les « introvertis », une expérience subjective tournée vers notre intérieur, connaître ce système intérieur et s’émerger dans l’inconscient cognitif. Plaisir énorme de cette communication avec nos deux mondes pour inscrire une pensée dans la réalité reliant avec d’autres le fil tenu à la toile universelle.

Il y‘a des mots à dire, des expériences à divulguer, des nouvelles interprétations pour sauver l’homme des prégnances inutiles. Tant qu’on n’a pas la certitude de ce que l’on est, où l’on va et ce qu’est le sens de l’existence, on est dans le plein désert. En réalité, tous les humains ressemblent à cet homme de l’espace qui est en relation avec le monde. Cet homme de l’espace quand t-il nage dans l’atmosphère supérieure, que sa (barque), qui est la fusée représente pour lui, ce qu’on appelle, le cadre des sources de documentations ou les dispositions en ordre référentiels, qu’il contrôle les choses par lui et par ses moyens, d’une expression générale, toutes les choses du monde, se délimitent, de part de lui, avec des ficelles conceptuelles reliant sa barque, une espèce de liaison. Parallèlement, pour que l’homme ne soit pas perdu dans la nature, notre esprit doit et avant tout avoir un ensemble de bases, de conceptions, de représentations et de réalisations.

On voudrait partir sur le bon chemin connaître le monde d’en haut pour vivre en harmonie le monde d’en bas. C’est cette définition rigoureuse de la conscience que nous cherchons à établir. Quelques soit l’ordre psychologique, spirituel ou scientifique, nous entreprendrons un périple de transformation radicale avec la clôture énergétique de l’individu et son environnement universel. Si la conscience par sa définition ordinaire est la faculté mentale de percevoir les phénomènes et de prendre conscience des états affectifs ou d’être conscient de telle ou telle chose, mon objectif est de schématiser et de démontrer le système intérieur du raisonnement de la pensée de l’homme. Il importe encore de savoir que nous sommes une essence cosmique infinie, multiple, dont la personnalité que nous avons conscience d’être n’est qu’une des nombreuses émanations.

Je souhaite faire l’expérience de l’universalité et je peux cependant faire appel à une nouvelle interprétation qui consiste à élargir la compréhension du raisonnement biomécanique de la pensée chez l’homme. Et il est indispensable que mes connaissances soient éclairées par la réflexion. C’est vrai, il y’a des symboles, des paraboles, des mystères, qui ne peuvent être compris que par des initiés, et je ne pense pas être parmi la grande majorité des hommes se formant des conceptions très personnelles, fondamentalement réductrices, de la vie et de l’homme.


Le raisonnement à partir du cœur :

La conception du cœur est restée toujours complexe. Durant longtemps les anciens philosophes et scientifiques ont essayé d’apporter des définitions sur le rôle primordial que joue le cœur et sur les principales fonctions qui lui sont affectées. Mais ce processus de connaissance ne pouvait être pris en considération par des recherches plus approfondies. Depuis longtemps les scientifiques l’ont démontré uniquement comme un muscle, le cerveau contrôlant tout le corps et que le cœur n’était qu’une pompe faisant circuler le sang. Puis, tout en gardant les propriétés d’un muscle, le cœur a été considéré comme une glande secrétant des hormones. Mais récemment en médecine, de nouvelles fonctions lui ont été attribuées par la découverte des neurones à l’intérieur de celui-ci. Cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre le modèle démonstratif de la philosophie en se rapprochant à une nouvelle interprétation de la pensée biomécanique.

En reliant d’une part l’esprit et de l’autre le cœur, je viens de faire une adaptation, une sorte de coupole engageant le processus fondamental du cœur vers l’esprit et je suis arrivé à schématiser bio mécaniquement le (comment) de la fabrication d’une pensée. Dans un profond philosophale et grâce à une découverte médicale récente des différents modes de communication dans l’organisme humain, pour lesquelles, je tente d’expliquer l’évolution du raisonnement biomécanique de la pensée de l’homme en s’appuyant sur une interconnexion du cœur et de l’esprit.

Certainement, les idées et les réflexes qui se présentent chez l’individu courent comme le sanguin circulant dans les artères de l’organisme humain. Le corps entier participe à la fabrication des pensées engendrées du cœur humain jusqu’à la délivrance de l’esprit. Tout un système phénoménal qui se caractérise selon une structure intelligente. L’homme en question croit qu’il réagit seul et ignore les intervenants de ce duel. Serait-il possible, de vérifier et de distinguer l’intervention d’autres caractères ?

Effectivement pendant la construction d’une pensée, les personnages intervenants provoquent un débat à huit clos à l’intérieur de l’homme, et quand ce dernier commence à débattre un corollaire ou une information venant de son propre moi ou de quelqu’un d’autre, les figures, les images et les mots qui se manifestent et se fabriquent dans son esprit, résultèrent commodément de tous ces personnages, grâce à cette connexion fondamentale du cœur. Mais reste à identifier les positions et les fonctionnements de ces personnages intervenants dans cette rencontre.

Les espaces et les royaumes intérieurs sont tellement si grands et si riches que l’homme partage avec l’univers et qu’il essaye en permanence de trouver le chemin du superlatif. A chaque instant, l’homme dialogue dans son intérieur autant plus que de son extérieur, c’est une question (d’introvertie). Effectivement, les conversations de tailles qui sont de sources primitives proviennent des espaces intérieurs. La majorité des pulsions proviennent du cœur qui se fait au premier stade du duel, qui est aussi l’âme en toute sa puissance qui déclenche la première démarche de la créativité et de la connaissance. Un système que jusqu’à présent les chercheurs ignorent sa structure et ses modes de bases et ne pouvant dessiner une cartographie de la psyché et du corps démontrant les lignes essentielles du (comment) de la formation d’une pensée.

Quand on arrive à aborder les connaissances de sources préliminaires qui se mêlent dans le cœur, à partir des représentations et des figures, au premier stade, et quand ces dispositions se multiplient, la connaissance franchira l’étape de la confrontation qui passe par les échelons de liaisons du cœur au psychique ; et c’est là que l’esprit prendra l’initiative de décider le choix d’une pensée constructive. Tout cela, se fera en confrontation avec tous les personnages intervenants autour d’une table ronde.
L’homme tente de traverser cette étape avec un raisonnement biomécanique en procédant mécaniquement et simultanément à filtrer et à témoigner les informations de tous les intervenants lors d’un déclenchement d’un contact avec soi-même ou avec quelqu’un d’autre.

C’est une démarche au premier stade du cœur principalement avant qu’elle devienne une démarche intellectuelle. Laisser son cœur parler, dialoguer entre ces intervenants et donner son verdict après les avoirs tous écouter.

Il existe un système de liaison perpétuelle entre le cœur et l’esprit que nous devrons prendre en considération, alors, si nous nous référons à notre organisme, nous constatons deux plateaux de duels. Le premier est constitué de quatre personnages intervenants, c'est-à-dire de quatre fonctions qui engendrent le cœur afin de propulser des pulsions et des réactions vers le cerveau (esprit). Le second plateau auberge à son tour deux attitudes, une de (l’inconscient) et l’autre du (conscient).


Quels sont ces personnages intervenants du premier plateau ? :

1 - Un Personnage Parfait, qui est l’être spirituel, saint, propre, chaleureux et divin à 100%, et qui possède une relation avec la nature de l’univers et le suprême.

2 - Un Personnage Négatif, appelé dans la psychologie de profondeur l’ego, il est l’opposé du personnage parfait, il est le diable en personne, il guette en permanence, il est critique, et il s’oppose à tout ce qui est parfait.

3 - Un Personnage Moral, qui est le Soi, une mémoire remplie de savoirs accumulés, d’expériences et de recherches.

4 - Un Personnage de l’Essence, qui est le bébé intérieur, l’âme dans le cœur en toute sa puissance.


J’essaye d’évaluer et de démontrer au fur et à mesure le rôle, la fonction et le but de chaque personnage.

En philosophie, j’ai pu démontrer ce système vraisemblablement par des personnages communiquant chacun de sa façon, mais du point de vue scientifique et principalement dans le domaine de la médecine, nous savons maintenant qu’il existe une communication importante entre le cœur et le cerveau. Cette transmission, elle est en fait un dialogue dynamique, continu et bidirectionnel, chaque organe influençant continuellement la fonction de l’autre.

Il y’a une communication énergétique (champs électromagnétiques) que j’appelle en philo : le personnage parfait.

Il y’a une communication biophysique (pression des ondes) que j'appelle le personnage négatif.

Il y’a une communication neurologique (système nerveux) que j’appelle le personnage moral.

Il y’a une communication biochimique (hormones) que j’appelle le personnage de l’essence.


Brièvement, voici la description et le rôle de ces différents modes de communication :

Qu’est-ce que la communication énergétique (champ électromagnétique)?

La communication énergétique du cœur est référée sous l’expression communication cardiaux- électromagnétique. Le cœur est le plus puissant générateur d’énergie électromagnétique dans le corps humain, produisant la plus grande partie du champ électromagnétique rythmique des organes du corps. Cela signifie que le cœur à une grande influence sur les autres organes du corps.

Le champ électrique du cœur est environ 60 fois plus important en amplitude que l’activité électrique générée par le cerveau. Pourtant le nombre de neurones dans le cœur est nettement inférieur à celui dans le cerveau (40.000 neurones dans le cœur contre environ 100 milliards de neurones dans le cerveau).

Le cœur à un champ d’énergie électromagnétique 5.000 fois supérieur à celui du cerveau et ce champ peut être mesuré avec un magnétomètre jusqu’à 10 pieds au-delà du corps.

La recherche menée à L’IHM suggère que le champ du cœur est un porteur important d’informations. Les signaux électromagnétiques générés par le cœur transmettent une information qui peut être reçu par les autres et ont la capacité d’affecter les autres autour de nous. Lorsque les gens sont touchés ou sont à proximité, le signal des battements du cœur est enregistré dans les ondes du cerveau de l’autre personne.

L’influence d’une personne sur une autre serait donc expliquée par un phénomène physique. Le cœur exerce sur son environnement une influence que l’on ne peut négliger.

Ce personnage parfait que j’ai nommé, est un champ des ondes électromagnétiques, c’est des lumières représentées par des ondes ou par des photons qui sont des particules élémentaires de la lumière. Ces ondes électromagnétiques se propagent toujours dans le sens positif quand ceux-ci se manifestent. Cette source d’énergie de l’univers et de la nature qui provoque par la fonction des ondes électromagnétiques de l’énergie spiritualisée, accumulée et harmonisée dans notre organisme. Cette relation avec l’univers qui revient à l’unité du suprême est l’énergie de Dieu. Sa fonction est de cogiter le personnage négatif qui fait pression sur les ondes positives (de perception, de langage, de mémoire, de raisonnement, de décision, de mouvement, etc.).

Ce personnage est la force électromagnétique qui génère la première représentation ou image à l’audiovisuelle toujours dans le sens positif. Tous les êtres vivants utilisent ces phénomènes électromagnétiques pour vivre. L’univers baigne dans un champ d’énergie, des ondes qui se propagent dans l’espace dans des directions spécifiques suivant des lois de la propagation optique (réfraction, réflexion), sans s’atténuer, mais au-delà d’une certaine distance, leurs effets cessent brusquement et elles ne sont plus observables. Particulièrement, les ondes de forme s’exploitent à partir du cœur et agissent sur l’ensemble par l’intermédiaire de ce personnage. Pouvant même influencer, dans une certaine mesure, les événements. Leurs sources en sont diverses (objets, les images, les structures matérielles, naturelles ou artificielles, les idées, la pensée elle-même…) et leurs possibilités d’utilisation vastes (action sur l’environnement, sur soi-même ou sur autrui, soutien à la chance, à l’amour ou au succès matériel, abandon des mauvaises habitudes, réforme du caractère et développement des capacités intellectuelles ou physiques de l’individu, neutralisations des ondes nocives…)

C’est le personnage le plus important qui influence notre personnalité, il prend naissance le moment où l’image ou la représentation de source élémentaire et primitive se présente au point de transformation en langage. Ce personnage parfait applique toujours sans le moindre doute ni erreur le message qu’il voudra véhiculer. Avec cette transmission, le cœur dégage une intelligence émotionnelle, car il s’agirait d’un champ bien plus fondamental qui se relie probablement à l’énergie cosmique. Cette énergie universelle et gratuite, qui se trouve partout. Qui est fournie par le champ le plus subtil de l’énergie universelle et qui entoure nos corps avec une force vitale qui contribuera à la fabrication des pensées et à la survie. La nature de cette énergie invisible demeure un mystère, et jusqu’à présent, seule une tentation philosophique pourra amorcer une hypothèse théorique de ce phénomène afin de matérialiser ce concept et de ce faire bénéficier des bienfaits de cette énergie. Penser je le rappelle, c’est fabriquer et produire des activités d’ordre transcendant qui permettent d’élaborer des concepts, des idées, des formalisations, des anticipations.

L’onde de forme est une notion de géobiologie qui génère un champ appelé champ de forme. Nous retrouvions ainsi chez l’être vivant le principe d’expression par la forme d’une force toujours présente et continue. Chez l’être humain, cette force serait représentée par la volonté, l’intention, la motivation ou le désir qui sont les moteurs de l’action. Ces ondes humaines que l’univers et le cœur dégagent en commun, permettent d’agir à distance, aussi bien dans l’espace que dans le temps, quelle que soit la distance, cette force se propagera en un temps nul. La nature est Don permanent par et dans tout ce qui existe. Si nous prenons conscience que nous faisons partie intégrante de cet univers et que nous en avons la responsabilité, nous comprenons que le Don est notre nature. Or, tout ce qui est Don au sein du Un et tout ce qui se donne évolue, se transforme en se rapprochant du Principe Créateur.

Qu’est-ce que la communication biophysique (pression des ondes) ?

Dans les états de grande cohérence du rythme cardiaque, l’individu montre une amélioration significative de performance cognitive. En parlant de pression des ondes, cette communication que j’ai appelé le personnage négatif sert à déréguler l’état de la cohérence du rythme cardiaque du cœur afin de perturber la perception, le langage, la mémoire, le raisonnement, la décision, et le mouvement. Si la pression des ondes négatives est plus forte que celle des ondes positives, ceci imposera la loi du malheur, de maladie ou la malchance régnera sans un seul moment de répit. Si au contraire, les ondes positives sont plus puissantes et sont les plus fortes, alors vous verrez s’amorcer comme un aimant les côtés bénéfiques de l’existence.

C’est un fait bien établi que les battements du cœur et la fréquence cardiaque sont intimement liés aux émotions : il y’a à peine vingt ans on considérait encore qu’un rythme cardiaque était parfaitement régulier quand le temps écoulé entre deux battements cardiaques restait toujours identique et invariable sur une longue durée, ce qui était un gage de bonne santé. On sait aujourd’hui que c’est exactement le contraire !

Des découvertes majeures dans la recherche et l’utilisation d’une technologie de pointe ont permis le développement de la mesure de la variabilité sinusale (en anglais HRV). Il est désormais démontré que plus un cœur est chaotique (à l’intérieur de certaines limites) plus le niveau d’informations transmises aux centres nerveux du cœur est élevé.

Ce personnage négatif, à l’encontre du personnage parfait est tout à fait son opposé, il est omniprésent, c’est le premier intervenant pendant l’offre de la première représentation. Il contrarie tout ce qui se présentera. Sachant que les ondes sont le support indispensable à toute communication. Mais quand il s’agit de pression des ondes, des perturbations surgissent et des ondes mauvaises apparaissent.

Il est évident que telle ou telle pensée négative provient du personnage négatif qui prend place dans la communication biophysique de l’homme. Les représentations et les figures se propulsent à une vitesse considérable et il y aurait toutes sortes de traductions négatives : suspicion, méfiance, mauvaise volonté envers l’autre, jalousie passionnelle, jalousie religieuse, jalousie politique, jalousie des amis ou des familles, envie, mensonge, luxure, vengeance, colère, orgueil, haine, cupidité, ressentiment, fraude, adultère, paresse, gourmandise, etc.

Le personnage négatif est la traduction inverse du personnage parfait, qui ne voit que le mauvais côté ou le risque encouru. Cette traduction négative engendre aussi la peur, facteur de blocage.


Qu’est ce que la communication neurologique (système nerveux) ?

Les neurologistes ont maintenant découvert qu’il y a plus de 40 000 cellules nerveuses (neurones) dans le cœur seul, ceci signifie que le cœur a son propre système nerveux indépendant, parfois appelé le cerveau dans le cœur.

Les dendrites conduisent l’influx nerveux, induit à son extrémité jusqu’au noyau : c’est un prolongement afférent. Alors que l’axone conduit l’influx nerveux du noyau vers son extrémité, c’est un prolongement efférent. Actuellement on considère que le nombre de connexions entre les neurones détermine l’efficacité du cerveau ; plus il y a de connexions, plus le cerveau est performant.

Ce personnage moral que j’ai appelé joue un rôle primordial, il occupe les deux plateaux du duel, il se rapporte au concept de l’action humaine qui concerne les sujets de juste et de l’injuste, désigné sous le nom « bien et mal ». Ce personnage moral est une sorte de cerveau dans le cœur.

Médicalement, deux études centrées au départ sur les interactions neurologiques démontrent que les signaux afférents que le cœur envoie au cerveau durant les émotions positives peuvent modifier activement le cerveau de plusieurs façons. Et nous confirmons donc maintenant que le cœur a une influence sur le cerveau. C’est une communication neurologique dans notre système nerveux. Sa fonction est de gérer toutes les fonctions émotionnelles de l’organisme du corps humain et de rendre une décision finale à une pensée.


Qu’est ce qu’une communication biochimique (les hormones) ?

Les spécialistes de biologie moléculaire ont découvert que le cœur est la glande endoctrine la plus importante du corps. En réponse à notre expérience du monde, il produit et libère une hormone majeure FAN – Facteur Atrial (la natriurerique) qui affecte profondément chaque opération du système limbique, ou ce qu’on réfère comme étant le « le cerveau émotionnel ». Le lien entre nos émotions et le cœur est ainsi dévoilé. On ressent les émotions au niveau du cœur, pourtant c’est au niveau du cerveau qu’elles sont gérées.

Cette nouvelle évidence scientifique montre que le cœur utilise ces méthodes pour envoyer à notre cerveau d’importants signaux émotionnels et intuitifs. En accord avec cette compréhension du cœur en perpétuelle communication avec le cerveau, les scientifiques découvrent que nos cœurs pourraient être en fait la « force intelligente » derrière les pensées intuitives et les sentiments que nous éprouvons.

Ce personnage de l’essence du cœur qui est l’âme en toute sa puissance, et qui est le bébé intérieur, il est trop fragile et sensible. Il a sa propre fonction de produire que des hormones qui vont êtres gérées par tous les personnages et a besoin d’être continuellement cheminé. Le cœur est le flux des informations à l’origine de la conception des émotions. Le cœur est un hub et joue les quatre principes de fonctions pour transmettre de manière coordonnée au cerveau avec ces procédés.

Il est donc nécessaire de concentrer toutes les prises de contacts afin de propulser toutes les capacités des personnages du cœur. Parce que, le cœur actionne ce que le cerveau ignore. Paradoxalement, le cerveau qui est l’assemblage des pensées inhibe souvent les convictions stockées, le passé et les expériences ressurgissent très rapidement pour aider à l’analyse d’une situation. On parle techniquement d’une émotion capable de modifier la perception ou de déphasage entre conviction et réalité.

Cette essence qui est l’âme en toute sa puissance, une âme toute calme qui cherche la réalité celle du dedans, qui explique tout et qui donne le sens d’être dirigée vers un but qui mérite, qui est juste et véridique. Elle est là, présente sous la peau, en plein cœur, elle coule en nous, et c’est elle qui nous tient en vie. Nous contentons seulement de la vivre et de l’orienter sur le bon chemin. Cette âme est notre bébé intérieur que chacun de nous le protège et le nourrit par toutes ses forces.

Nous sommes toujours au stade de la recherche, et la pensée philosophique nous oblige de nous interroger sur les dimensions apparentes et cachées de l’être humain, et de nous enfoncer dans la recherche cognitive, et seule l’expérience de la philosophie vivante, spontanée et indubitable peut nommer et expliquer finalement ce système.

Pour mieux élargir cette conception, je fais référence aux versets du Coran et je relève :

* Il y’a bien un rappel pour quiconque a un cœur, prête l’oreille tout en étant témoin. Sourate 50, Qaf, verset 37.

* Est parce qu’en vérité ils ont cru, puis rejeté la foi. Leurs cœurs donc, ont été scellés, de sorte qu’ils ne comprennent rien. Sourate 63, Al munafikin, (les hypocrites), verset 3.

* Nous avons mis des voiles sur leurs cœurs, de sorte qu’ils ne le comprennent pas : et dans leurs oreilles, une lourdeur. Et quand, dans le coran, tu évoques ton Seigneur l’Unique, ils tournent le dos par répulsion. Sourate 17, Al Isra, (le voyage nocturne), verset 46.

* Ont-il pas parcouru la terre afin d’avoir des cœurs pour comprendre, et des oreilles pour entendre ? Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais, ce sont les cœurs dans les poitrines qui s’aveuglent. Verset 46 Chap 22 (le pèlerinage).

* Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas avec. Ils ont des yeux, mais ne voient pas avec. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas avec. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés. Tels sont les insouciants. Sourate 7, Al-a3raf, verset 179.

A travers ces quelques versets, on comprend bien qu’il existe un lien entre le cœur et la raison. Habituellement la raison est associée au cerveau, il est donc question d’une relation entre le cœur et le cerveau.

Nous savons maintenant que le cœur est sujet d’une grande importance, il est l’outil essentiel de cette activité organique et la substance qui érige cette parade d’esprit. Donc, l’acte de la liaison, de l’ajustage et de l’attention se trouve dans le cœur, autrement dit, l’esprit dans le champ de la connaissance explicative est l’acte ou la charge d’un organe qui est le cœur.

La volonté, l’acte, le sentiment, l’inclination, la sympathie, l’affection, l’intuition, la sensation, la tendance, la disposition, le désir, la passion, la délicatesse, le pressentiment, l’effet, la flamme, l’amour, la douleur, la tristesse, le malheur, la vivacité, la chaleur, le malheur, le bouillonnement, le penchant, l’adoration etc. Ne se feront ni avec les mains, ni avec la cervelle.

Quand je veux répondre à une déduction, ou à un corollaire, ou quand je veux exprimer une idée, je dois fabriquer une pensée. « La pensée dans l’esprit » qui est un degré de raisonnement plus élevé. Généralement les mots et les images qui se présentent dans mon esprit proviennent des deux plateaux de duel, (le cœur et le cerveau). Pour mieux dispatcher cette pensée, je dois évaluer attentivement la confrontation de tous les personnages présents, et à ce moment là, je dois transpercer cette attitude pour arguer une décision finale.

Pour paraître à une intention ou à une volonté, je dois réciter des représentations dans mon imaginaire. Il y a les représentations ordinaires qui sont dues aux événements quotidiens et qui se récitent les unes sur les autres accompagnées de plusieurs figures. Mais les représentations cosmiques sont de grandes envergures que notre âme. Parce que toutes les représentations imaginaires de sources primaires qui se posent à notre âme sont méconnues. Car personne ne peut s’informer de leurs principes psychiques, ni de leurs dispositions, plutôt, c’est des choses que l’univers et la nature projettent à l’esprit. Ces représentations sont les causes de l’intention élémentaire de l’action.

Grâce à ces débuts de réflexe, j’aurai avoir accès à cette partie cachée de l’iceberg. Avec cette pensée fabriquée bio mécaniquement, j’atteindrais mon subconscient et la nature de mon être. Le travail sur la pensée fabriquée permet, non pas de transformer le personnage négatif en personnage parfait, mais de faire raisonner les limites de chaque personnage intervenant, afin de pouvoir s’intégrer dans le système intérieur du raisonnement biomécanique, c'est-à-dire de vivre l’ensemble des formes pensées qui, composent notre être et embellissent notre personnalité.

Imaginer, visualiser et rêver devient une ouverture de la pensée énergétique. Cette capacité d’imaginer le but futur et de faire naître des images en soi ou de faire jaillir des représentations primaires. Chaque image transcende et définisse une autre image, toujours avec une autre interprétation. D’autres événements surgissent. La pensée commence à prendre son chemin de fabrication. Le contact avec cette première représentation vient de se faire proposer au premier plateau du duel. Et les quatre personnages présents accueillent et discutent cette première représentation.

Alors notre organisme est structuré de deux plateaux de rings :

Le premier reçoit et manifeste quand il s’agit de contact.

Le second filtre et déclare quand il s’agit de responsabilité.

Donc en théorie :

Spirituel = P parfait + P négatif + P Moral + P de l’Essence

Esprit = Conscience + inconscience.






Revenir en haut Aller en bas
 
LE RAISONNEMENT BIOMECANIQUE DE LA PENSEE CHEZ L'HOMME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les liquides s'écoulant chez l'homme
» Cystite chez les enfants?
» Echolocation chez les humains
» La grâce est-elle plus grande chez l'un que chez l'autre ?
» Grandeur et misère de l'essentialisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un forum pour l'éveil : Il n'y a que le SOI,rien que le SOI,tout le reste n'est qu'imagination :: Parce que échanger est primordial pour avancer: L'ego est la somme de nos caractéristiques, le mental est notre attachement à cela. :: Spiritualité et Psychologie-
Sauter vers: