Un forum pour l'éveil : Il n'y a que le SOI,rien que le SOI,tout le reste n'est qu'imagination

Forum d'éveil spirituel, d'échange .Nous sommes nombreux à être sur le chemin de l'éveil.Partageons afin de collaborer ensemble vers cette belle entreprise!!!
 
AccueilRechercherFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "La réincarnation explorée par un scientifique"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
serena



Nombre de messages : 20
Localisation : Corse
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: "La réincarnation explorée par un scientifique"   Sam 14 Juin - 22:54

Dans beaucoup de régions du globe, on a pu trouver des enfants qui disent se souvenir d’une vie antérieure. Le Dr Ian Stevenson, professeur de psychiatrie à l'Université Carlson et directeur du Département des études sur la personnalité à la faculté de psychiatrie de l'Université de la Virginie USA effectue depuis trente années des recherches sur la réincarnation. Il a mis en œuvre un ouvrage très documenté avec une étude rigoureuse qui traite de cette question. Il a retenu une vingtaine de cas parmi les 2600 qu'il a étudiés. Il s'agit pour la plupart de jeunes enfants qui ont conservé des souvenirs précis et vérifiables d'une vie antérieure.



Des souvenirs précis de vies antérieures


C’est en se fondant sur les souvenirs des enfants que Stevenson a rassemblé des renseignements précis et les a comparés aux informations relatives à la personne de la vie précédente : son identité, sa famille, les circonstances de sa mort…


Il a fréquemment trouvé des marques de naissance qui avaient un lien avec des expériences de la vie antérieure présente dans les souvenirs de ces enfants. Des marques de naissance qu'on peut considérer comme la répercussion de blessures faites dans une incarnation précédente car elles amènent des preuves objectives.


Stevenson disposait pour la plupart des cas d’un rapport d’autopsie qui apporte une confirmation écrite de la relation qui existe entre cette trace de la blessure sur la personne décédée.



L’enquête débute


L’enquête débute lorsqu’il entend parler d’un enfant qui relate de sa vie précédente. Généralement cela commence presque toujours entre deux et quatre ans. L’enfant continue de parler de sa vie précédente jusqu’à l’âge de huit ans, et la plupart parlent de leur vie précédente avec une intense émotion et utilisent parfois le présent pour évoquer cette vie précédente : ils peuvent dire par exemple « j’ai une femme et deux enfants et je vis à Agra » Le témoignage de ces enfants inclut presque toujours un récit de la mort de la vie précédente, surtout si elle a été violente. Ils parlent aussi de leur famille précédente. C’est seulement lorsque l’enfant a donné suffisamment de détails précis sur sa vie précédente qu’il est alors possible d’identifier la personne décédée dont la vie correspond étroitement aux déclarations de l’enfant. Ce dernier peut par exemple reconnaître des objets ou endroits divers connus de la personnalité précédente. Quelques sujets possèdent aussi des savoirs-faire qui ne leur ont pas été enseignés mais dont on sait que la personnalité précédente se servait. Conformément aux études de Stevenson, les morts dont se rappellent les enfants sont le plus souvent violentes ( 51 %).Les enfants se souviennent aussi de la façon dont ils sont morts dans la vie précédente. Pour l’enquête, Stevenson se rend sur les lieux. Il démarre ses investigations par des entretiens avec l’enfant et la famille puis examine et photographie les marques de malformation de naissance de l’enfant. Ensuite seulement il va voir la famille de la vie précédente présumée pour rechercher l’authenticité. Pour établir un lien entre les blessures d’une personne décédée et les marques de naissance, il faut que la correspondance entre les marques de naissance de l’enfant et les blessures de la personne décédée se soient produites par hasard et que l’enfant ait obtenu les renseignements présents par perceptions extrasensorielles (rêves…)



Un cas de réincarnation


Corliss Chotkin était métis, né d'un père de race blanche et d'une mère amérindienne appartenant à la tribu des Tlingits en Alaska. En 1946 décédait un indien tlingit du nom de Victor Vincent. Environ un an avant sa mort, alors que Victor se trouvait en visite chez sa nièce, il lui dit : "Je vais un jour revenir comme ton fils... Et j'aurai les mêmes cicatrices..." Il indiqua alors deux cicatrices très différentes : l'une sur le bord du nez, l'autre dans le dos. Il s'agissait dans les deux cas de cicatrices causées par des interventions chirurgicales. Dix-huit mois après la mort de Victor, sa nièce donna naissance à un fils qu'elle appela Corliss. Or, cet enfant avait à la naissance les mêmes cicatrices que son oncle. Elles ont été reconnues et authentifiées par plusieurs témoins. Ce qui ne suffirait sans doute pas à en faire un cas intéressant... Mais il se trouve qu'un jour, alors qu'il était tout jeune enfant, Corliss a spontanément demandé à sa mère : "Me reconnais-tu ? Je suis Kahkody..." C'était le nom tlingit de Victor. Et un peu plus tard, il devait déclarer : "Je vous avais dit que je reviendrais..."Au cours des années qui ont suivi, Corliss Chotkin a reconnu plusieurs personnes qu'il ne pouvait pas avoir connus dans la présente incarnation. Il raconta même certains incidents de la vie de Victor que personne ne connaissait et qui ont pu être vérifiés. Il a par exemple raconté qu'un jour, alors qu'il était à la pêche, son canot-moteur étant tombé en panne il avait été secouru par un bateau à vapeur, le North Star... Il rapportait toujours de sa vie antérieure des faits précis et dont la plupart ont pu être vérifiés. Enfin, du point de vue psychologique, Corliss ressemble à Victor. Il a aussi plusieurs de ses aptitudes : il est par exemple très doué pour la mécanique. De plus, il bégaie et il traîne un peu les pieds... comme Victor.



La réincarnation... demain


Le Dr Stevenson ne considère pas que la réincarnation soit prouvée. Mais il estime qu'elle devrait l'être d'ici moins d'une quinzaine d'années. Ses travaux sont d’une importance capitale pour notre société en réel danger d’extinction. Si nous acceptons qu’une personnalité puisse survivre à la mort physique et se réincarner, nous pouvons alors nous demander quelles caractéristiques peuvent êtres transmises d’une vie à l’autre. Les cas étudiés rapportent qu’il y aurait inclus des informations cognitives sur les évènements de la vie précédente, une diversité de goûts (j’aime ou je n’aime pas), et autres attitudes et résidus de blessures physiques et autres marquages du corps précédent. Les études ont montré qu’une vie précédente peut influencer le corps physique d’une nouvelle incarnation au niveau de la sélection des parents par exemple, mais on a remarqué aussi que certaines pathologies découlent de vies antérieures. Sur 387 enfants observés dans ce cas, Stevenson a observé 141 cas de phobies engendrées par des évènements survenus lors des vies antérieures. Jean-Pierre Schnetzler, psychiatre et psychanalyste, relate que la structure de ces phobies est simple et n’implique pas de dérivations symboliques complexes à la différence des cas observés et décrits par la psychologie clinique.




Le canon bouddhique


Pour conclure cette introduction sur la réincarnation,il était inévitable de citer le canon bouddhique sur le Karma, loi de la réincarnation ou transmigration. Le terme sanskrit Karma désigne littéralement la loi de cause à effet qui unit l’acte à sa conséquence. La renaissance selon la loi karmique est un processus causal naturel qui est déterminé en fonction des tendances existantes et activités au moment de la mort. Il n’est pas question ici de sanction mais de conséquences. Le karma est constitué par les actes mentaux (pensées...) ou corporels auxquels le sujet donne son assentiment et qui donc créent renforcent, diminuent ou suppriment les tendances positives ou négatives et les circonstances de renaissances.


Cette prise de conscience sur la loi de cause à effet est probablement une clef pour l’avenir de l’humanité. En effet, le karma est le mécanisme qui commence avec une action et conduit à ses conséquences, comme l’ombre suit a forme, ce qui signifie que la forme que prendra notre vie dans l'avenir sera le résultat de nos actes présents, c’est-à-dire du karma que nous créons aujourd'hui.


Cela est aussi valable pour les karmas collectifs. On imagine une société ou ses sujets ont connaissance de cette loi naturelle qui permet de réaliser que nous avons la liberté de modifier notre vie de façon radicale. Cela aurait comme effet de participer activement à l’harmonie sociale dans le monde dans lequel nous vivons. D’après ce principe, le monde des choses, des êtres et des idées, de l’existence, est une manifestation de la production conditionnée des causes et des effets.


Réaliser profondément que tout change et que rien ne peut exister indépendamment ouvre l'être humain à une nouvelle liberté et lui offre des possibilités inopinées de se transformer à partir de la réalité présente.

C’est aussi donner un sens à sa responsabilité vis-à-vis de ses actes de tous les jours.


Claude Baumel


http://www.soleil-levant.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://serenagaia.blogspot.com/
 
"La réincarnation explorée par un scientifique"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Utilisation de matériel "scientifique"
» Commentaire : Popper, "La logique de la découverte scientifique."
» Les travaux des Bogdanov n'ont "aucune valeur scientifique" selon le CNRS
» Le Japon condamné à arrêter la pêche à la baleine "scientifique"
» Article en français "Le jeûne est un miracle scientifique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un forum pour l'éveil : Il n'y a que le SOI,rien que le SOI,tout le reste n'est qu'imagination :: Parce que échanger est primordial pour avancer: L'ego est la somme de nos caractéristiques, le mental est notre attachement à cela. :: Le Bouddhisme-
Sauter vers: